accueil


nos nouveautés


nos publications


nos diffusions


fil d’actu...


EdiMaP est...


EdiMaP et vous


normes et référentiels


parutions récentes


fils d’i...


index par auteurs


recherche mots-clés


conseils aux auteurs


liens utiles


Sauf indication contraire,
le contenu de ce site peut
être copié et réutilisé
sans modifications à
des fins non commerciales et
à la condition d’en identifier clairement la source
(selon les termes de la
Licence Creative Commons
BY-NC-ND 4.0 )

FIL Z




 

Elle ne manque pas de manques, la réflexion sur le Management de projet! Aussi ouvrons-nous ici un espace pour les signaler, les combler.....

Sur le fonctionnement de nos fils, voir la page
générale:

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


____FAUT-IL S’EN «MOOCQUER»?

21 avril 2016__Paul-Henri Callens
____Sur le MOOC Décision, complexité, risque(s)

 

Il est de plus en plus fréquent de voir apparaître des offres de formation de type MOOC (Massive Open Online Course) dans notre fil de courriel ou sur les réseaux sociaux. Ces cours en ligne, ouverts à tous et souvent gratuits, ont le vent en poupe. Ils sont devenus, aux alentours de 2013, un moyen privilégié de formation pour les travailleurs, étudiants et curieux de ce monde. Essentiellement organisés par des universités, ils permettent d’explorer toutes sortes de sujets. L’importante masse de personnes qu’ils atteignent, parfois jusqu’à 100 000 inscrits à un seul cours, leur permet de traiter d’une part des sujets très précis comme «Les armes de guerre de l’Égypte antique», et d’autre part des sujets marginaux comme le célèbre cours de l’Université de Californie à Irvine (UCI) qui se proposait d’aborder la question du leadership en étudiant les dynamiques sociales de la série télévisée «The Walking Dead».

 

En avril 2015, le CHEL[S] (Collège des Hautes Études Lyon Science[s]) proposait un MOOC gratuit de six semaines sur le thème «Décision, complexité, risque(s)». Mettant en scène des économistes, des philosophes, des musiciens interprètes, des gestionnaires, des chirurgiens, des physiciens etc., le cours offrait une approche pluridisciplinaire, philosophique et historique, de l’évolution de la décision dans un monde à la complexité croissante et au risque omniprésent.

 

Le cours était hébergé sur la plateforme Unow. Bien construite et très fonctionnelle, elle offre une vue d’ensemble sur l’échéancier des cours et des modules de discussions relatifs aux sujets abordés ainsi qu’une interface de navigation intuitive et épurée. Les semaines s’enchaînent à peu près toutes sous la même forme. Chaque mardi, deux ou trois intervenants proposent chacun 15 à 20 minutes de formation vidéo, divisées en capsules de 5 à 9 minutes. Chaque capsule vidéo est suivie d’un mini quizz de 5 questions pour évaluer la compréhension de l’étudiant. À l’issue du cours, l’étudiant se voit remettre une attestation de suivi du cours ainsi qu’une note relative à sa performance lors des mini quizz. Pour avoir comparé avec quelques autres exemples de MOOC gratuit, il me semble que le CHEL[S] a mis la barre très haut concernant la qualité des productions vidéo. À une époque où presque tout le monde peut s’improviser vidéaste, il est bon de voir que certaines organisations font encore appel à des professionnels compétents pour réaliser ce type de projet.

 

Bien que l’approche multidisciplinaire ait fait ses preuves comme méthode pédagogique efficace lorsqu’il s’agit d’expliquer des phénomènes complexes, sa mise en œuvre fait encore figure de démarche innovante. Dans ce cas-ci, les instigateurs du projet ont sauté à pieds joints dans le processus, mettant en scène des acteurs compétents et influents dans leurs domaines.

 

En termes de contenant, le CHEL[S] offre une prestation impeccable et de très haute qualité. Mais qu’en est-il du contenu?

 

Bien entendu, chaque intervenant apporte son contenu à sa manière. Certains sont meilleurs orateurs que d’autres et certains contenus sont plus intéressants que d’autres. Mais de façon générale, tous donnent l’impression de lire le prompteur qui contient le texte écrit préalablement, donnant un ton très soutenu et impersonnel aux vidéos. On s’interroge parfois sur la place que prend l’objectif d’enseignement et de vulgarisation du contenu face à ces démonstrations de maniement du verbe. En d’autres termes le discours, dans sa forme, m’a souvent semblé inadéquat. À de nombreuses reprises, j’ai eu l’impression d’écouter une revue de la littérature.

 

Enfin, une dualité mal contrôlée entre multidisciplinarité et interdisciplinarité a accompagné tout le processus du cours. Bien que, pour la plupart, les contenus soient intéressants, voire très intéressants, je m’interroge sur leur pertinence. Il faut constamment pousser la réflexion à un second et à un troisième degré pour entrevoir le lien avec la complexité et la décision dans nos quotidiens. J’ai pour idée que la recherche et ce genre de savoir devraient avoir pour but de servir la pratique. Or, dans ce cas-ci, le lien entre la théorie et la pratique était souvent fragile. Par exemple, un interprète violoniste nous livre un regard sur l’exercice d’écriture et d’interprétation d’une œuvre musicale. En tant que mélomane et chercheur sur le thème de l’incertitude, j’ai trouvé cette capsule passionnante. L’idée qu’un compositeur écrive sa pièce sans pouvoir l’entendre et que ce soit le rôle de l’interprète de comprendre et de vulgariser la portée dans un langage compréhensible par l’auditeur, illustre bien l’image du leader qui évolue dans un monde sans certitude sur lequel il a très peu d’emprise, mais qui se doit de lui trouver un sens en collaborant. Cependant, ces liens ne sont jamais explicités durant la formation. Les mini quizz auraient pourtant pu être une excellente plateforme pour faire ces liens. À la place, ils se concentraient sur des détails extrêmement précis du discours de l’intervenant et, à mon sens, ne servaient en rien la cause pédagogique. Par exemple, une des questions suivant la capsule de l’interprète était : Quel est le compositeur de la Sequenza VI? Et ceci est un exemple récurrent. Je m’interroge donc sur la pertinence, et non sur l’intérêt, des interventions proposées par le CHEL[S]. En plus d’une pertinence limitée avec le sujet, les capsules manquaient souvent de cohérence entre elles. On a donc assisté à une démonstration d’intelligences individuelles et non à un exercice de création de sens en utilisant l’intelligence collective du groupe d’intervenants. D’où l’impression d’avoir bel et bien assisté à une formation multidisciplinaire et non interdisciplinaire.

 

C’est donc avec un intérêt décroissant que j’ai suivi cette formation qui me semblait prometteuse. Je trouve le sujet très pertinent pour notre époque et le programme laissait annoncer des échanges d’une grande qualité. Or, je pense que le tout n’a pas su être exploité de la meilleure manière qui soit. Toutefois, c’était un premier essai pour le CHEL[S] qui a quand même livré un produit haut de gamme par rapport au reste de l’offre gratuite et francophone que l’on trouve sur internet. C’est avec un grand intérêt que je guette leur prochain MOOC.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@




Paul-Henri Callens est cinéaste, spécialisé dans les tournages en plein air. Il affectionne tout particulièrement les projets de documentaires qui l’amènent à travailler dans des environnements imprévisibles et complexes.

 

 

Il est actuellement en rédaction d’un mémoire au sein du programme de maîtrise en gestion de projet à l’Université du Québec à Chicoutimi traitant de la gestion de l’incertitude en environnement de projet dit «extrême».

 


MOTS-CLÉS

.MOOC
.Unow
.mini quizz
.multidisciplinarité
.interdisciplinarité

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


____LE MANAGEMENT DE PROJET FAIT SON CINÉMA

11 février 2015__Darius Morigène

Présenter le management de projet en deux minutes… une gageure? Certains s’y sont essayés

Prendrez-vous le risque de vous rafraîchir la mémoire sur ce qu’est un risque dans un projet?

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@










Qu’en dites-vous ? Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@